Mésoamérique

1, 2, 3, 4, 5… Soleil!


1, 2, 3, 4, 5,… Soleil!

Pour les habitants de Mexico au XVe siècle de notre ère, l’histoire s’inscrivait dans des ères temporelles de longue durée (des centaines voire des milliers d’années) qu’ils appelaient des « Soleils ».
Ils s’affiliaient eux-mêmes au 5e Soleil, une ère créée par les dieux à Teotihuacan. Quatre Soleils l’avaient précédée, emportés à chaque fois par des cataclysme (déluge, tempête, volcan).

Incroyable représentation de la naissance du 5e Soleil. Cette image est issue d’un livre datant d’avant l’arrivée des Espagnols, le « Codex Borgia »

Il existe différentes versions de ce mythe. Certaines furent compilées au XVIe siècle dans des manuscrits conservés aujourd’hui pour certains d’entre-eux à la BNF (mais cela c’est une autre histoire sur laquelle on aura l’occasion de revenir car l’un des trésors de la BNF c’est précisément le fond des manuscrits mexicains).

La création du 5e Soleil

Alors que l’univers traversait une pause cosmique, les dieux se réunirent à Teotihuacan pour créer le monde, le nouveau Soleil.

Il n’y avait ni le soleil, ni la lune, ni aucun astre dansant dans l’univers. Alors les dieux allumèrent un bûcher.

Dans l’une des versions du mythe, il est mentionné que Tecuciztecatl, l’opulent dieu des terres tropicales, réalisait les plus belles offrandes: des colliers et des boucles d’oreille en jade et en corail, des coquillage, des plumes de quetzal, des peaux de jaguar, des textiles brodés, du chocolat, des fleurs, des graines.

Nanahuatzin, au contraire, le petit dieu des Hauts Plateaux,  offrait au cosmos son sang, le liquide précieux qu’il obtenait en se piquant avec des épines de l’agave.

Cependant, le cosmos restait immobile.

Alors, bravant sa peur, Nanahuatzin se jeta dans le brasier et devint ainsi le soleil. Mais, il demeurait immobile.

Le soleil avait soif, soif de l’eau précieuse, l’énergie vitale du cosmos. Ainsi, pour mettre l’univers en mouvement, les dieux durent se sacrifier et offrir leur coeur et leur sang.

Et les hommes, génération après génération devaient alimenter d’eau précieuse la grande machine cosmique, et reçoivent en échange une terre nourricière et une civilisation raffinée.

 

Mésoamérique
Qui contrôle le compte du temps possède le pouvoir…
Mésoamérique
Guerriers
Mésoamérique
Quetzalcoatl
There are currently no comments.